Le bourg d’Hermance a une longue histoire. Fruit d’un regroupement de quelques hameaux, dont l’origine se perd dans les civilisations lacustres puis le long des voies romaines principales et secondaires nord-sud et est-ouest, son emplacement prend la succession des lieux-dits de Villars et de Chens (le Pont, avec son ancienne église sur un promontoire), avec le gué sur la rivière d’une part, l’accès à la Tour de Langin en passant par le château de Grésy d’autre part dont l’emplacement circulaire se devine encore dans les bois.

Accès principal sur le Léman pour les Comtes puis ducs de Savoie, le promontoire naturel du site d’Hermance est coiffé d’un très important château, agrandi par le Comte Pierre II vers 1260 pour être le verrou ouest sur le lac, correspondant au Château de Chillon, lequel contrôlait l’accès est du lac à la vallée du Rhône.

L’église actuelle est celle du château, à laquelle fut ajoutée la chapelle des Seigneurs, dite chapelle Ste-Catherine. Nous y avons enregistré des Vespérales de plain chant grégorien.

C’était donc tout naturel qu’un habitant de Territet-Bon Port se laissât dériver au milieu du bleu Léman pour y trouver sa belle.